CARNET DE DESSEIN

La reconversion professionnelle sans clichés

A propos

Bienvenue à toi !

Annabelle - Carnet de dessein - reconversion professionnelle
Annabelle – Carnet de dessein

30 ans, le bel âge ? Assurément, celui de la découverte de ses aspirations ! C’est ainsi que je ressens les choses, mais toi, qui a la vingtaine ou la quarantaine, etc. pourras tu ressentir la même chose – ou pas – et lire ce blog, je ne suis pas sectaire. Mon expérience concernant la reconversion professionnelle m’est personnelle, cependant, mes interrogations frappent à tous les âges. Aussi, je m’interroge sur des sujets qui me semblent sociétaux voire universels, rien que ça.

Je n’aime pas les étiquettes, et les attributs que l’on peut trouver à une génération dite Y, millenial, Erasmus et j’en passe, peuvent me mettre mal à l’aise. S’il faut concéder que nous vivons la même époque historique, partageons un certain nombre de pratiques et de représentations du fait de cette même appartenance à notre époque, je constate que cette définition, t’inclut toi, vivant, devant cette page.

Je me présente :

Annabelle, trentenaire, célibataire, ancienne parisienne en pleine reconversion professionnelle et reprise d’études. Que d’émotions et de prises de conscience. Un retour vers mes aspirations initiales et peut être plus de confiance en soi… “Trust yourself”.

Mon parcours 

Après des études en droit et en finance, j’ai entamé une carrière dans l’assurance. Les insatisfactions professionnelles se sont fait sentir vers trente ans. J’avais en effet l’impression de passer à côté de l’essentiel, le bien être. S’imposait un changement de vie, passant par un déménagement et une réorientation professionnelle. En effet, après un bilan de compétences, changer de métier par une reconversion professionnelle s’imposait ! Chose faite, aujourd’hui j’ambitionne l’avocature et prépare l’examen du barreau. Dix ans après la fin de mes études de droit ce n’est pas chose des plus évidentes, mais je m’accroche. Je tiens à éradiquer cette vieille frustration validée par mon bilan de compétence.

Le deal que je te propose avec ce blog

Qu’est-ce qui me pousse à créer ce blog ?

Il est rare que la voix de jeunes hommes ou de jeunes femmes, comme toi et moi, soit entendue avec leurs mots et dans leur simplicité. La reconversion professionnelle ouvre à multitudes d’interrogations et de remises en cause que j’aimerais vous partager.

Ce que je te propose 

A travers mes tribulations de jeune femme en reconversion professionnelle et next the door, je cherche aujourd’hui dans mes billets, à explorer, les rêves, les illusions et les déboires de notre génération.

Ce que je te garantis

Des retours d’expériences et des pensées, sans poncifs. Je ne souhaite pas d’un dialogue stéréotypé mais empreint de réalité. Cependant, si la vérité est trop crue, j’userai d’euphémismes

Ce que je ne te garantis pas 

D’être campée sur de fermes positions. On peut être cohérent avec soit, en embrassant pleinement les contradictions de centres de d’intérêts antagonistes. Parait-il, au passage, que c’est un corollaire de notre génération…On parle alors d’ambiguïté face à certains concepts ou certaines situations.

Ce que je souhaite 

Partager sur la reconversion professionnelle, et les pensées émanant. Que tu puisses te retrouver – ou pas- dans ce blog… dans l’idéal te faire réagir et avoir le privilège du partage.

Mon passif – si tu veux faire plus ample connaissance 

Parce que reconversion professionnelle et changement de vie sont souvent très liés, je m’interroge entre autre, dans ce blog sur notre rapport au développement personnel, que cela soit à titre personnel ou collectif. Je ne pense pas qu’il soit possible d’aborder le sujet de la reconversion professionnelle ou de sa réinvention personnelle sans même effleurer du bout de la plume celui du développement personnel. A mon sens, le développement personnel, science new age a trop imprégné notre époque, tu le verra dans mes billets comme dans les portraits que je présenterai dans ce blog.

De mes insatisfactions au développement personnel

Au boulot, pour calculer la prime d’une assurance vie ou santé pour les clients j’étais plongée dans les statistiques et les tables de mortalité. Aussi étais-je bousculée par le fameux triptyque métro, boulot, dodo. Le chemin de mon confortable appartement du XVème arrondissement de Paris, jusqu’à ce boulot générant la sinistrose a eu raison de moi. Bien que j’ai eu la chance et l’inconscience de choisir ce boulot, j’ai fini par me demander « à quoi bon ? », bref fêlée mais pas trop. Aujourd’hui, je ne m’étonne donc pas d’être devenue amatrice de développement personnel. Ainsi, bien qu’en reconversion professionnelle et en plein changement de vie, j’aurais envie de dire que j’en reviens. A l’époque, il me fallait des lectures bienveillantes et/ou me confortant dans l’idée que j’allais changer de vie…Hey hey, regarde comme je ne suis pas une procrastinatrice !

Mon ambigüité face au développement personnel

Pour moi, le développement personnel doit être envisagé sous deux faces, une face personnelle, et, une face collective. Ou comment la recherche du bien être devient une industrie et politise les discours ambiants.

Mon passif avec le développement personnel

Plus qu’une reconversion professionnelle, il me fallait un changement de vie et de rythme, bref, un changement d’air ! Tout n’est pas venu comme cela, et là est l’ambiguïté avec mon rapport au développement personnel. Pendant ma recherche d’une reconversion professionnelle sont nées les idées les plus farfelues, car « tout est possible ». Ces lectures de développement personnel m’ont cependant aussi, peut-être poussées à prendre le temps de faire des cours du soir. Ainsi, je me suis ouverte à d’autres horizons et à d’autres disciplines. Cela m’a ouvert l’esprit sur le fait que si je voulais changer de vie ou changer de métier, il fallait que je m’ouvre, que j’acquière des compétences. Au final, j’ai franchi le pas du changement de vie. Face à ce constat, très honnêtement, je ne sais pas ce que je dois à ces lectures, et tu verras que mon vocable n’est pas exempt de certains termes usuellement utilisés en développement personnel.

Mon avis actuel quant au développement personnel à titre collectif

Cependant, aujourd’hui, mieux dans mes baskets, plus sure de moi, et ayant amorcé un nouveau tournant dans ma vie, je m’interroge sur ces lectures. Tu verras que dans pas mal de mes billets je m’interroge sur ce qui me semble être aujourd’hui une mercantilisation du mal-être et du changement de vie. Le reproche que je peux faire à ces livres dont la logique est volontariste, est d’éradiquer tout biais personnel et social, résumant l’échec ou la réussite d’une personne à sa seule volonté. Si je ne blâme pas les auteurs à titre individuel, qui sont très sûrement de bonne foi, je critique l’industrie du développement personnel dans son ensemble (lâchons le gros mot) car sa vision volontariste, importée et très libérale, froisse ainsi mes idéaux sociaux.

Ainsi, tout ça pour te dire que si tu cherches des tips, tu n’en trouveras pas sur ce blog. La vérité est qu’une période de réinvention professionnelle et personnelle est une période jalonnée d’interrogations, aussi tu dois le savoir si tu es là… « tu n’es pas seul » ! Je ne suis pas un guru ainsi, ose réagir si le cœur t’en dit, les expériences interactives sont toujours plus cool.

Rendez-vous tous les dimanches l’ami!

Bonne lecture,

Annabelle


Revenir en haut de page