CARNET DE DESSEIN

La reconversion professionnelle sans clichés

Congé sabbatique : Quand l’esprit vagabonde

Je rêve de siroter des cocktails au bord d’une plage paradisiaque ou simplement de me déconnecter Banco, rêvons ! Et pourquoi ne pas allier l’utile à l’agréable, c’est-à-dire forger mon projet tout en travaillant à l’autre bout du monde par exemple ?

Le congé sabbatique : Qu’est-ce que c’est au juste ?

Le congé sabbatique est un congé pour convenances personnelles qui suspend le contrat de travail du salarié. Ainsi, nul besoin d’en justifier les causes à son employeur, et, au retour de ce dernier.

On peut en bénéficier après avoir roulé sa bosse car il nécessite six années d’expérience professionnelle dans le secteur privé et 36 mois d’ancienneté dans l’entreprise.

Bref, cela serait un congé parfait pour faire le point, m’essayer à de nouvelles expériences et aventures…de me redécouvrir.

Ayant envie de grandes échappées ou de faire un tour du monde, il nécessite néanmoins quelques économies de côté. Voici mon but ! Ayant envie de me mettre à mon compte, cela nécessite d’épargner pour ce projet …mais j’ai peut-être la solution permettant de concilier les deux entreprises.

Mon ami Khalil qui a gouté aux joies de cette années de césure est revenu en France requinqué par cette année après moult voyages et expériences. Quelques mois après son retour à Paris, les mêmes insatisfactions relatives à son travail ressurgissent, alors je me demande que faire pour que les bénéfices de l’expérience perdurent ?

Pourquoi ne pas partir en congé sabbatique avec un objectif déterminé ?

Pour éviter les déceptions au retour, le mieux encore est-il de partir avec un objectif. Celui-ci peut être de faire le tour du monde, un rêve de gosse que je me vois bien réaliser.  Mais autrement, pourquoi ne pas faire un plan de bataille pour la suite de ma reconversion professionnelle ? Pourquoi ne pas insérer ce congé sabbatique dans mon parcours initiatique ?
Découvrir un nouveau métier par exemple, ou, travailler dans un pays étranger… Découvrir d’un autre corps de métier ou des expériences à l’étranger peut être un excellent moyen de me trouver, de découvrir des facettes de moi insoupçonnées, et de mûrir un projet.

Si j’avais un an devant moi, que ferais-je ?

Sans épargne importante de côté, je me suis demandé, si je devais prendre un congé sabbatique, comment je le financerais…et bien la solution serait de partir en PVT (Passeport Vacances Travail) qui me permettrait de concilier découverte d’un pays et travail. Aussi dans la plupart des cas, il nécessite « seulement » d’avoir 3000 euros sur son compte épargne et l’argent nécessaire pour son vol aller-retour. Qui dit mieux ? Bon, ayant dépassé les 30 ans, il y aurait seulement deux destinations susceptibles de m’accepter, à savoir le Canada et l’Argentine…non des moindres ! Pour avoir recueilli les confidences de ma cousine, qui, elle, était partie en Australie, on ne trouve pas forcement de travail dans son domaine, il faut être capable de travailler dans les champs ou en restauration, mais l’expérience a été riche et génératrice d’un grand sentiment de liberté, qu’elle voudrait retrouver en montant sa boite dans l’immobilier. Elle en avait au préalable l’idée, et cette expérience, l’a conforté dans l’idée de se mettre à son compte. Alors certes en rentrant, elle a repris un job de salarié, mais les soirs elle travaille à son projet avec beaucoup de ténacité !

Alors, pourquoi pas un jour ?

Annabelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page