CARNET DE DESSEIN

La reconversion professionnelle sans clichés

Parlons réinvention professionnelle

Un travail au long court

Suis-je vraiment à ma place au travail ? Une promotion ne me fait donc pas rêver…est-ce normal ? Ne vais-je pas passer à côté de ma vie si je ne remédie pas cette situation ?
Si ces questions te taraudent, ne t’en fais pas, tu n’es pas le seul dans ce cas-là ! Ainsi, c’est la phase préliminaire à la reconversion professionnelle, voire la réinvention professionnelle, et bien qu’elle soit terriblement angoissante, elle laisse s’ouvrir devant nous tous les champs des possibles.

Une réinvention professionnelle c’est quoi ?

Ou pourquoi parler de réinvention professionnelle – Une reconversion professionnelle ne s’effectue pas comme par magie ! Je l’ai appris car je le vis. Et je dirais aussi que je le ressens avant tout comme un processus au long court, qui commence par des interrogations existentielles sur le fait que je ne me sens pas à ma place au travail ou dans mon métier.

C’est aussi le processus par lequel je cherche ce qui pourrait me faire vibrer, durant lequel, je ressens la peur de me tromper, de faire les mauvais choix…Mais c’est aussi le processus par lequel s’ouvre à moi tous les champs des possibles, et le choix d’une vie nouvelle, me correspondant, parfois loin des idées apprises à l’école ou dans les magazines, d’une vie de cadre confortablement payé à la Défense. C’est pour cela, que, comme l’écrit Marion de La Forest Divonne dans son superbe ouvrage[1], il vaut peut-être mieux parler de réinvention professionnelle.

Ainsi, se réinventer professionnellement colporte un sens beaucoup plus large qu’une réorientation. Alors que ce dernier terme désigne un changement de métier, la réinvention professionnelle sous-entend aussi une redécouverte de soi et l’assouvissement d’une quête de sens. Il s’agit de libérer son potentiel. Cela peut prendre différentes formes comme passer du secteur public au secteur privé, du monde de l’entreprise au secteur associatif, se mettre à son compte. A moi de tester et de choisir.

Une envie qui touche beaucoup d’entre nous

On a souvent tendance à croire qu’elle touche les quadras en crise, et bien non ! Je me croyais seule et isolée, et révélation ! Quand j’ai osé faire part de mon envie de changement professionnel à mes amis, presque tous ressentaient l’envie d’une réorientation…Incroyable ! Beaucoup ont alors osé se confier sur cette petite voix leur disant qu’ils n’étaient pas à leur place, et ont conclu par le fait qu’ils ne feraient pas le même métier toute leur vie. En effet, passer des journées sur tableur Excel et Power Point fait naitre des velléités de reconversion, un désir de changement profond, une quête de sens.

Un changement de parcours professionnel intégré par notre génération

Jamais une génération n’a été autant diplômée, et pourtant, une fois lancée dans la vie active, après une ou deux expériences peu concluantes, nous ressentons un décalage entre nos aspirations et la réalité de la vie professionnelle. Selon une enquête Ipsos, « 59% ont déjà intégré qu’ils changeront plusieurs fois de métier au cours de leur vie professionnelle ; c’est un peu dans leur ADN. »[2] Je suis donc prête à m’investir dans la difficile quête de moi-même, à ne pas me satisfaire d’une routine confortable que pourrait m’offrir un job bien rémunéré.

Passer de l’envie du changement à sa réalisation : la difficile question de l’idée

Je suis aujourd’hui à un stade où je me dis que je m’obstine à faire un métier alors qu’il n’est pas fait pour moi. Ou plutôt, je « patiente », je teste, j’expérimente un bilan de compétences et des cours au CNAM. Je suis en phase de recherche afin de me trouver, car mon ambition à moi, c’est de me mettre à mon compte. Bref, je tâtonne, je galère ! Certes, petite, j’avais une passion pour les créations en tout genre, mosaïque, perles, couture, mais, comme la majorité d’entre nous, je n’ai pas continué à exploiter ce sens artistique, en effet, ne valait-il mieux pas se concentrer sur de bons résultats scolaires ? Le but aujourd’hui est de me reconnecter avec cet enfant intérieur, afin de faire éclore mon potentiel, et mon intérêt pour un domaine.

Un changement de vie qui doit être étudié

Mon exemple castrophique

Je ne pense pas qu’il soit bon de tout plaquer sur un coup de tête, du jour au lendemain, sans avoir trouvé, si ce n’est un plan, un projet, une idée de reconversion. Je me dis que tout de même, une reconversion se prépare, c’est un changement de vie. Par exemple, j’ai le souvenir catastrophique d’être partie à Londres pour trouver un emploi juste après une rupture conventionnelle, avec comme seule préparation l’adresse d’un ami qui pouvait m’accueillir… aussi inutile de vous dire que je suis revenue comme je suis partie ; les indemnités de rupture en moins.

La leçcon, une réinvention professionnelle s’étudie

Si je n’avais pas encore de velléités de me mettre à mon compte, j’ai appris de cette expérience que sans le travail préalable de recherche, qui peut prendre plusieurs mois, plusieurs années (aïe aïe aïe !), on peut revenir bredouille. Et, j’ai l’impression que ce sont de mes insatisfactions quotidiennes et de mes frustrations que jaillisses mes idées, mes rêves.

La période stimulante de la réinvention professionnelle

C’est une période génératrice d’angoisses, en effet, tout un futur est à imaginer et à bâtir, soit un travail colossal ; mais éminemment stimulante, durant laquelle je vais à la rencontre des autres, des activités qui pourraient me correspondre. Jamais aucune génération avant la notre a eu une telle chance et opportunité de pouvoir construire la vie qu’elle souhaite… A moi de la saisir, de ne pas procrastiner, de me plaindre d’un quotidien fade et sans perspective d’épanouissement professionnel.


[1] « Réinventer sa vie professionnelle…quand on vient e la commencer » (mai 2018)

[2] Enquête IPSOS pour Doing Good doing well (octobre 2014)

Annabelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page