CARNET DE DESSEIN

La reconversion professionnelle sans clichés

Ne sacrifie plus ta prise d’initiative personnelle

Ne plus sacrifier sa prise d’initiative personnelle sur l’autel du savoir-faire

Aujourd’hui parlons d’initiative personnelle ! Que tu t’acharnes à rendre un projet avec un contenu impeccable ou que tu attendes l’approbation de tes proches avant de te lancer, tu souffres d’un sentiment d’illégitimité et celui-ci t’empêche de prendre des initiatives personnelles ? Tu n’as pas le temps de vaquer à tes loisirs car ton job est trop chronophage ?  Alors relâche la pression et lis ce post.

Pourquoi tu ne prends ne serait-ce qu’une initiatives personnelle?

Tu manques de confiance en toi et ne vois pas ton potentiel

Ainsi, tu es un véritable « touche à tout », polyvalent et adaptable, le problème c’est que tu as l’impression de tout le temps mentir sur tes compétences. Tu as obtenu ton diplôme grâce à la négligence de ton prof lors de la correction des copies, au boulot, quand tu as les félicitations de ton boss, tu te planques derrière ton écran d’ordinateur pour que l’on ne voit pas à quel point tu rougis. Aussi, tu as plutôt tendance à attribuer la réussite d’un projet à tes collègues, ou bien tu penses ne pas être digne de la promotion que l’on t’a attribuée, il y a erreur de casting… Bref tu manques de confiance en toi, tu ne vois pas ton potentiel, ou pis, tu penses ne pas en avoir et te dénigres car les autres font beaucoup mieux, sont beaucoup plus cultivés, fins et doués que toi…tu dissimules ton incompétence !

Attention au surinvestissement

Pour compenser ces simulacres de succès tu vas ainsi t’investir corps et âme dans un dossier super important, en fignoler les derniers détails, filer un coup de main à ton collègue super en retard, etc. histoire de te rendre indispensable et bien vu. Bref, tu fais tout pour exorciser ce sentiment de culpabilité face à tes réussites…tu es un bon élève. Mais laisse-moi te dire qu’agir ainsi te pousse à ne pas t’écouter, à t’investir continuellement jusqu’à l’approbation des autres tu es dans l’antichambre du burn-out !

Non tu n’es pas illégitime

Cependant, ton véritable problème est que tu compares les compétences des autres à tes axes d’amélioration, sans prendre en compte ce qui est bon voire excellent chez toi. Tu es un perfectionniste avec des attentes élevées, voire impossibles à atteindre. Les autres n’en attendent pas autant de toi que ce penses, relaxe, personne n’attend de démasquer l’imposteur perfide que tu es ! Tout le temps courir après la bonne note est fatiguant et angoissant. En effet, se sentir en permanence illégitime ne revient-il pas à se sentir en permanence sur la sellette ?

Ne sacrifie plus ta prise d’initiative personnelle…stop au présentéisme

Oui, le boulot que tu fournis est bon, et j’ai bien compris que ce que tu recherchais était « plus », mais ta zone d’excellence tu la trouveras que dans ce tu aimes…Tu attends à ce que je te donnes des méthodes pour trouver ton kiff ? Dès lors lâche ce billet. En effet, je te parles de loisirs, propre à chacun de savoir où lui mène sa passion. Je ne crois pas que l’on puisse trouver son bonheur à coup de « Bullet points ».

Cependant, je peux partager mon expérience. J’ai commencé à me faire plaisir, à faire ce que j’aimais, lorsque j’ai pris l’initiative personnelle de partir à 17h30 du boulot, et ce coute que coute, urgence ou pas urgence. Si la première semaine a pu paraitre comme un coup d’éclat provocateur, au fil du temps, mes collègues ont imprimé le fait qu’il ne fallait plus rien me demander cette heure passée, car je partais. Cependant, je venais -très- tôt afin de traiter les dossiers à la première heure, et, je me montrais sympathique et conciliante (le relationnel, c’est 50% du boulot).

J’ai un secret pour vous…on s’adapte très bien à bosser deux heures de moins par jour, nos journées de travail étant plus comprimées, on est plus efficient. Cela n’empêchaient pas que mes entretiens de fin d’année avec ma boss soient bons. Quelles initiatives personnelles ai-je pris par la suite ? D’en profiter pour faire un bilan de compétences, prendre des cours du soir, et de me sentir excellente selon mes propres critères, et pas ceux de mon boss.

J’ai bossé dans un secteur commercial donc en proie au stress, et, je sais que certains me répondront qu’ils ne peuvent pas faire cela, que leur contexte ou milieu professionnel est particulier. Je leur répondrai de prendre un papier et un stylo, et de peser le pour et le contre de ce qu’ils ont à gagner à faire ou ne pas faire cela…Alors oui, ce n’est peut-être pas le conseil auquel vous-vous attendiez, mais, n’êtes-vous pas sur un billet relatif à la reconversion professionnelle ?

…Allez, essaie au moins une fois de partir plus tôt et vois comme c’est bon de pouvoir profiter de sa soirée. Sans angélisme, je me demande si tu sens tu de prendre l’initiative personnelle de penser à toi ?

Annabelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page