CARNET DE DESSEIN

La reconversion professionnelle sans clichés

Ma prise de distance avec le développement personnel

Mon histoire avec le développement personnel : « Vous travaillez dans l’édition ? ». Telle est la question posée lors de mon déménagement, lorsque j’ai vendu mes livres dans une célèbre librairie parisienne. J’interroge alors la personne en charge de la transaction sur le pourquoi de cette question, lorsqu’elle me répond que j’ai énormément de livres d’éditions récentes. Je me suis réprimée pour lui rétorquer que j’étais juste mal dans ma peau…il s’agissait de livres de développement personnel.

Alliant pêlemêle tous les courants de pensées, nous sommes invités à atteindre un état complet de satisfaction représentant un but fondé sur des vertus de courage et de force d’âme. Au contact de ces livres, notre vision s’imprègne d’une logique volontariste excluant tout biais déterministe, car nous sommes les -seuls- maitres de notre destin.

A bas bord toute ! Ou, venais ainsi comprendre ma prudence actuelle à l’égard de ces livres.

De mon quotidien aliénant à ma nouvelle philosophie de l’instant présent

J’ai dû collectionner plus d’une cinquantaine de livres de développement personnel. Aussi, j’ai conjugué ces enseignements avec des ateliers de PNL. Ainsi, en pleine santé, vivant confortablement mais ennuyée par une morne routine, je cherchais à libérer ma créativité, mon enfant intérieur. Sans m’en rendre compte, je me suis ainsi plongée dans une frénésie d’achat de livres de développement personnel. Comme les huiles essentielles, à chaque problème sa solution, et à chaque échec sa frustration.

Oui j’ai dû en lire des livres afin d’éradiquer la frustration. Je ne dis pas que le futur ne m’inquiète pas mais j’ai l’impression qu’aujourd’hui, consciente que je ne peux pas avoir une emprise totale sur mon devenir. Depuis que j’ai tout envoyé valdinguer, j’ai appris à relâcher la pression. Oui, car je suis où je dois être! C’est-à-dire où je me sens bien, effet boule de neige, je ne lis plus de livre de développement personnel. Cependant, je m’interroge sur l’influence de ces derniers dans mon état d’esprit actuel.

Un rayon librairie largement étoffé satisfaisant ma quête de bien être

Un coup d’œil sur le site web de la FNAC, et je constate que celle-ci offre une référence de plus de 500 livres de développement personnel. Ainsi peut-on s’ouvrir à la sagesse des chamans mexicains, ou, bénéficier de conseils pour se faire des amis ou encore pour devenir riche. Ainsi, il y en a pour tous les publics, quel que soit l’âge ou le problème à régler. Cependant, le point commun entre tous ces livres, est la recherche de la résolution d’une frustration ou d’un mal-être. Ces deux éléments sont donc à éradiquer afin d’accéder à une meilleure version de soi. Nous sommes donc conviés à faire une petite introspection et à libérer nos énergies positives, celles que nous réprimons, afin d’agir. Si nous voulons devenir un entrepreneur à succès, nous pouvons, si nous voulons de venir rentier, nous pouvons, etc.

Une recherche de bien être engendrant la frustration

J’ai vu des personnes pour lesquels l’ésotérisme et l’esprit de sagesse a été d’un grand secours lors de la maladie. Mais j’en ai vu d’autre se frustrer ou se déprécier, n’arrivant pas à appliquer certaines recettes clés en main. Que dire de ma collègue surmenée, et se sentant malmenée par la vie, lorsqu’elle m’annonce qu’elle était de couleur rouge et qu’elle n’arrivait pas, malgré elle, à atteindre le bon état d’esprit ?

Pour ma part, j’en ai fait l’expérience, et me suis dévalorisée, lorsque appliquant le modus operandi du livre, je prenais une feuille et un stylo pour trouver mes passions sans que rien ne sorte. Etais-je ainsi une personne vide, sans enfant intérieur ? Pas de problème que des solutions! Afin de faire renaitre cet enfant, j’achetais un livre sur le sujet afin de pourvoir compléter cette fichue liste. Et que faire une fois celle-ci remplie, comment mettre en œuvre ces idées, comment trouver le bon mindset pour agir ? J’exagère à peine, mais nous devons seulement être capables d’actions positives, et d’émettre des flux célestes animant nos relations avec les autres afin d’orienter leurs actions en notre faveur. Oui, en ce bas Monde tout est attraction.

Des livres distillant des conseils de survie dans ce monde plus libéral ?

Nouvelle liturgie, vous l’aurez compris le modus operandi de ce nouveau culte n’est pas des plus simple et demande pour le moins une extrême sagesse, Cependant, la littérature foisonne afin d’aider les âmes errantes. Ce que je reproche à ces livres est d’éradiquer tous les biais et les facteurs d’inégalités sociales. Ainsi, ils résument l’échec ou la réussite d’une personne à sa volonté. Aussi ne parlons pas d’échec mais d’apprentissage, car tous les esprits futés sauront le surmonter pour transformer cette expérience en succès. Je trouve ce discours un peu tendancieux à l’heure où notre bientôt -feu- Etat Providence se désengage, à l’heure où les élèves sont plus d’une trentaine par classe, à l’heure où les inégalités se creusent, à l’heure où les disparités de capital social et économique jouent sur les divergences de destin de chacun…Non l’Etat ne peut pas tout, « aide-toi et le ciel t’aidera ».

J’étais le parfait public

Alors, oui, peut-être que les livres de développement personnel m’ont aidé à prendre la décision de changer de vie. Cependant, venant de la classe moyenne, relativement éduquée, je n’oublie pas que je bénéficiais dès lors de tout un contexte favorable. Disons que je pouvais agir de façon mesurément inconsciente. Qu’aurais-je fais sans l’aide de mes proches, sans épargne, sans capital culturel ? Aussi, je vois les livres de développement personnel comme des livres pédagogiques d’une idéologie nouvelle. Celle-ci est plus emprunte de libéralisme, ainsi, deux en un, consumériste et éducatif…j’avais les moyens d’être aux faits. Je ne dis pas qu’il n’y a pas d’exceptions statistiques et sociales… je crains juste une plus forte reproduction sociale à venir.

Que tu lises ou non des livres de développement personnel, ton ressenti m’intéresse. N’hésite donc pas à me le laisser en commentaire.

Annabelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page