CARNET DE DESSEIN

La reconversion professionnelle sans clichés

Reconversion professionnelle : Maitriser ses craintes

Je ne sais pas où tu en es de ta phase de reconversion, mais si tu as sauté le pas, je suppose que comme moi, s’entremêlent un curieux sentiment de satisfaction et de peur. Pour beaucoup, la reconversion professionnelle entraine un déménagement. Ainsi, à la perte des repères professionnels, s’ajoutent les difficultés inhérentes à l’adaptation dans un nouvel endroit. Bref, on doit maitriser ses craintes d’échec de la formation, et celles de la greffe locale. Aussi, on devient plus humble en apprenant que malgré notre préparation, notre job principal est de gérer l’incertitude. L’incertitude…Et oui les amis, bien préparé ou non, elle surgit de nulle part, susceptible de dévier ou contrarier nos plans ! Mais en bon capitaine à la manœuvre nous essayons de garder le cap. Hauts les cœurs !

 Les grands bouleversement de la reconversion

Tu as entendu cette nouvelle blague qui circule : « Le CAP est le nouveau HEC ». De plus en plus de cadres en mal d’authenticité et animés par une envie d’un retour vers le vrai, un métier concret, se reconvertissent donc en boucher, en éleveur de chèvres etc. Tu noteras, que si le retour à plus de verdure est toujours d’actualité, est passée l’époque de la reconversion dans les maisons d’hôtes ou les antiquités. Non pas, que ces activités excluent un bouleversement dans sa vie, loin de là, mais au déménagement s’ajoute la formation. Les reconversions professionnelles nécessitent en effet souvent une formation, qui est loin d’être un sas de décompression entre la vie d’avant et les soucis futurs (business plan, et j’en passe). La preuve de nos compétences étant à faire, on ne peut donc pas parler d’emballement des débuts.

Ces doutes que tu caches aux proches

On imagine souvent que lorsque nous sommes en reconversion professionnelle, le doute nous épargne donc. Si on en parle souvent comme un moment de reconnexion à soi et à ses envies de façon exaltée, dans la réalité, le parcours, semé d’embuches fait place à un flot d’interrogations. La phase d’exploration des compétences ouvrait le champ de tous les possibles, une fois le choix fait, l’étau se referme, nous devons dès lors maintenir le cap jusqu’à l’aboutissement de notre projet. L’étape est difficile :

  • Lorsque tes amis d’un ton admiratif te disent que ta reconversion professionnelle est courageuse, flippé, tu as envie de répondre que ça gaze, tu gères les conséquences de ton inconscience
  • Lorsque ces mêmes amis, des étoiles pleins les yeux te disent que ça doit être cool de faire ce que l’on aime toute la journée, moi, qui tente l’examen du barreau, j’ai envie de répondre que j’adore la procédure civile, c’est aride mais sa maitrise nous fait sentir comme un bon joueur d’échec
  • Et lorsque qu’avec un ton d’envie, on te fait remarquer que cela doit être cool de vivre près de la mer, je me mords les lèvres pour éviter d’avouer qu’à plus de trente ans, mon pote de jeu le plus régulier est mon neveu, nous adorons les châteaux de sable

Tenir le cap malgré la perte de tes repères

Vous l’aurez compris, tout est à reconstruire, et lorsque l’on déménage, on part pratiquement d’une page blanche : plus vraiment d’amis dans sa région d’origine, voire pas d’amis du tout dans son nouveau fief, plus la même sécurité financière, plus les mêmes distractions, etc. Nos repères disparaissent donc, et il faut pouvoir s’y adapter très vite…il n’est ainsi pas exclu que le moral puisse flancher par moment. La réalité laisse ainsi place à l’enthousiasme béat des débuts. Bref, il faut se retrousser les manches, et ce, dans tous les pans de sa vie. Nous le savons tous, le beauté est dans le parcours, le jeu en vaut la chandelle, mais après un moment de déprime il faut se ressaisir !

Les raisons qui te font garder le cap

Et là, pas tout à fait hermétique aux méthodes de développement personnel, j’en appelle aux méthodes de visualisation PNL, je m’allonge, je respire profondément, je visualise le chemin parcouru, le résultat obtenu et ressent l’immense fierté…Oh yeah, que c’est bon de pouvoir dire un gros merde à sa vie professionnelle d’avant ! Cependant, cela n’exclut pas que le futur, plus ou moins proche ne sera pas moins routinier, mais cette routine aura été choisie en pleine conscience. Cela n’exclut pas non plus que le boulot pourra être alimentaire, mais on aura fait ses choix de vie, tranché le pour et le contre, les gains et les bénéfices.

Même en cas d’échec du projet de reconversion professionnelle, tu auras la satisfaction d’avoir essayé

Bilan de compétences et visualisation PNL y sont pour beaucoup, mais ne font pas tout. En effet, il y a le risque d’échouer en cours de route. Pour ma part, ce risque est de ne pas réussir les examens, finalement d’avoir sous-estimé la difficulté de tenter l’examen du barreau huit ans après ma fac de droit, sans jamais avoir exercé de métier juridique. Bref, sans véritable plan B, vous imaginez bien que mon cerveau invente de scenarii catastrophes. Emotionnellement, la part la plus difficile du job est d’arriver à relativiser un éventuel échec. De me dire que même si je dois faire un boulot ne répondant pas à ma quête d’éradication des frustrations, j’aurais essayé et j’aurai la joie de vivre dans la cadre choisi.

Ta quête de dépendance passe par la gestion de la peur du lendemain

Comme la beauté est dans le parcours, même en cas d’échec à l’examen, j’aurai l’occasion d’explorer les tréfonds de ma pensée et ma capacité de rebond pour trouver un plan B. Je me rends finalement compte que cette quête d’une vie meilleure, peut durer un bon moment. Une fois que l’on a abandonné la sécurité de l’emploi que l’on retrouve ou non un CDI par la suite c’est une nouvelle philosophie de vie qui s’ouvre à nous. Celle de prendre conscience que si l’on peut acter de décisions pour nous-mêmes, nous devenons un peu plus conscients d’être contraints à l’incertitude, l’inconnu. Durant cette phase de mon parcours, j’apprends l’indépendance, c’est-à-dire la gestion de ma peur du lendemain.

Si tu es en phase de réflexion pour une reconversion, je t’encourage ; saches seulement que tu deviens le capitaine de ton navire…Finalement n’est-ce pas ce que tu recherches, l’indépendance et les choix de vie ?

Que tu sois en cours de réflexion, ou que ta phase de reconversion soit déjà ton quotidien n’hésite pas à ma laisser des commentaires.

Annabelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page